Le troisième homme

Alumiman était le troisième de tous les hommes. Il venait d’une contrée métallurgique lointaine, par-delà les montagnes et les mers, au fond d’une petite vallée pleine de roches et de métaux précieux.
C’était le monde des fumées noires de silos et de la routine des machines.
Tout était noir et profond car l’épaisse fumée recrachée stagnait en permanence au-dessus de la vallée et cachait même la boule chaude et brillante du ciel.
Alumiman était un produit de sa vallée : il était constitué d’aluminium et de métaux précieux, inoxydables, apte à résister aux plus extrêmes températures.
Son travail était très dur. Il était couvert de boue et de cambouis toute la journée, sans cesse au contact de produits toxiques et de matières radioactives. Une carapace de déchets s’était progressivement agglutinée sur son corps métallique, ne laissant voir de lui qu’une pauvre créature sans grâce.
Alumiman ne s’était jamais aventuré hors des silos et des machines.
Il ne connaissait que ces ténèbres hurlantes. Il en avait assez de cette vie.
C’est pourquoi il décida de partir.
Après quatre journées de marche intensive, il sortit de sa vallée. L’épais nuage noir qui planait au-dessus de lui s’estompa progressivement, puis disparut. Il découvrit alors un monde inondé de couleurs.
Quand il arriva dans la première ville, il pleuvait. Ses habitants se précipitèrent tous dehors à la vue d’Alumiman. Ils n’avaient jamais vu de créature aussi difforme et crasseuse. Ils voulaient le bannir.
Chaque habitant pris une pierre et la jeta sur Alumiman. Il ne bougea pas.
Il ne comprenait pas cette haine. Puis une pierre arracha un morceau de sa carapace qui s’effrita alors progressivement. À la fin de l’averse, sa carapace avait entièrement disparu. Le soleil apparut et fit briller Alumiman comme un diamant de mille facettes. Tous les habitants étaient aveuglés par l’intense lumière. Tous les habitants perdirent définitivement la vue, plongeant à leur tour dans les ténèbres.

03 copy

Les générations oubliées